• La Provence à pied. 8

     

    N'hésitez pas à partager si vous appréciez ce genre de littérature

     

     

    La Provence à pied  8

    Tourrettes sur Loup

    Les violettes vénales

    Village médiéval, entre Cannes et Nice, appelé aussi « Cité des violettes » 

     

    Une randonnée n’a rien d’une aimable plaisanterie : ordre, organisation, fermeté et prévoyance sont des notions sacrées qui régissent tout déplacement. C’est l’évidence, cela a déjà été dit bien des fois, mais force est de constater que nous ne serons jamais au bout de nos surprises.

    Ecoutez braves gens, les coincés et les autres, soyez les témoins de la redoutable efficacité de notre LMU, la présidente qui veille à notre sécurité. De quoi parle-t-on ? De l’essai de talkie-walkie, sur le parking, un pour l’élément de tête, un pour le serre-file. C’est du sérieux. D’ailleurs, aujourd’hui les piles sont chargées ! LMU, consciente de son rôle primordial dans la chaîne des responsabilités, parle dans l’appareil, tenu dans sa main gauche : « Allô, tu m’entends ? T’es où ? » S’adressait-elle à l’autre élément de la sécurité, en tête de la troupe, supposé être en relation constante avec le serre-file ? Que nenni ! L’interrogation se fit entendre dans l’autre appareil, tenu à bout de bras, dans la main droite de la Présidente.

    Sourire satisfait de celle-ci, elle s’y connaissait, puis elle enfourna les deux boitiers dans les grandes poches de son pantalon à la Rambo. Confrontée à un cercle de visages empreints d’une incompréhension totale, LMU décrète, de façon impériale :

    -       Pas de souci, j’ai vérifié, de toute façon, le serre-file ne répond jamais !

    Nous sommes partis, nous sachant en de bonnes mains. Malaise à une intersection. Le groupe de tête, travaillé sans doute par des petits vers, a filé, sans laisser d’indication, vivante, végétale ou minérale, sur la direction à suivre. S’ensuit un regroupement au sommet. Discussions vives, protestations, et même tentations de refaire le coup du Potemkine, mais rien à faire. La force brutale a raison des flâneurs, des amateurs de petites fleurs, des arrêts au soleil, face à un décor somptueux. Personne n’osa s’exprimer pour dire qu’il était ridicule de faire un aller-retour, pour voir le domaine des Courmettes, de toute façon fermé.

    Arrêt déjeuner sur un terrain privé où il est interdit de piqueniquer, non de se sustenter. Les sommets enneigés des Alpes, le miroitement éblouissant de la Méditerranée et le soleil insolent accompagnèrent nos agapes. Des regards furtifs vers le groupe où seuls les initiés, c’est-à-dire, les plus grands fayots peuvent se réunir autour de la Présidente, trahissent une attente faite de doutes. Pourtant le miracle se concrétise. Elle vient ! Elle vient vers nous ! Elle n’a pas oublié son peuple d’en bas !

    Egayée par un coup de Kiravi et de génépi, LMU s’avance en pouffant de rire en songeant aux blagues qu’elle va nous raconter. Aujourd’hui, elle s’en prend aux hommes avec une férocité pas du tout proportionnelle à sa taille. Ce n’est pas amusant. Force est de joindre nos rires aux siens, on ne sait jamais… Mieux vaut être bien vu…

    Nous quittons la propriété privée où nous n’avons pas piqueniqué pour entamer une descente abrupte, où malgré de sournoises mauvaises volontés, nous ne laissâmes aucune victime dans les caillasses.

    Et pour couronner cette belle journée, nous eûmes droit à la visite d’une confiserie, spécialisée dans les sucreries à la violette (gratuite, disait la réclame), mais payante, à l’entrée. Bof… la couleur violette n’est que de la teinture… Illusions perdues…

    Souvenir impérissable ou pas, il en restera l’air vif, la douceur du soleil et un émerveillement sans cesse renouvelé par la diversité de paysages uniques.

     

    Gérard  Stell

     

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :