• La Provence à pied 2

    La Provence à pied. 2

     

    La Provence à pied. 2  

    Les Roches Blanches à la Garde Freinet

     

    La Provence à pied  2Et pourquoi pas les marrons de la colère ? Mon dieu ! Et pourquoi donc ? Etre frustré une fois, soit, deux fois, cela frise la provocation ou alors, de noirs desseins.

    Vous revoyez ce layon aux senteurs bucoliques, ces bogues éclatées et ces châtaignes au brillant satiné qui jonchaient un tapis de feuilles rousses et dorées ? Eh bien, ce chemin fut ravi à notre émerveillement. CHEMIN PRIVE !

    Que fait-on une fois tombé de bicyclette ? On y remonte illico. Ce que nous fîmes. Non, pas sur un vélo, mais en empruntant un autre chemin, encore plus charmant, encore plus propice à la douce flânerie… Le cauchemar, l’angoisse, le poids de la faute originelle qui nous tomba sur les épaules, sans crier gare ! Ce fut « Silence, on tourne ! Deuxième prise ! » Le remake infernal, tout simplement. Le Retour du Chemin Privé, en couleurs automnales !

    A de nouvelles recrues qui osèrent naïvement s’étonner de ces mouvements d’allers retours anarchiques, il fut répondu, sous le sceau du secret : C’est ce qu’on fait, d’habitude… pour tromper les espions d’autres associations, avides de connaitre nos méthodes révolutionnaires. Autrement dit : la rançon normale du succès !

    Le beau temps qui prit des libertés nous accorda toutefois des vues superbes qui gagneraient à être revisitées.

    Maintenant, comment pourrais-je introduire la suite, sans heurter certaines sensibilités ? Oui, combien de randonneurs se sont tenus le raisonnement simple, mais erroné, que rester en fin de peloton, garantissait solitude et intimité pour… vous voulez un dessin ?

    Alors là, je dis halte ! Entrainez-vous d’abord chez vous, dans votre jardin, dans votre séjour, à pratiquer le relevé de culotte ou de pantalon en un éclair, afin de ne pas courir le risque de voir débouler tout le groupe, en marche arrière, en plein au milieu de vos œuvres ! Le saisissement et la panique en ont saisi plus d’une, plus d’un…

    Vous comprenez maintenant pourquoi les derniers seront les premiers ?

     

     

    Gérard Stell

    Partager via Gmail Delicious Technorati Yahoo! Google Bookmarks Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :